35th Infantry Division Memory

For never forget...
Santa Fe
flagfr flagus
Sorry, there is no translation available

Historique de la Division


La 35e DI fut crée en août 1917 à partir de soldats de la garde nationale du Kansas, du Missouri, et du Nebraska – parmi eux figurait Harry Truman, futur président des Etats-Unis. Envoyée en France en 1918, elle combattit en Argonne et déplora la perte de 7.200 hommes. Elle fut dissoute en avril 1919. L’agression allemande contre la Pologne, puis l’invasion de la France, ébranlèrent les certitudes des plus pacifistes même des Américains. Dans un début d’effort militaire, le Congrès vota la mobilisation de certaines unités de la garde nationale. C’est ainsi que la 35e DI fut recréée sur les mêmes bases qu’en 1917, le 23 décembre 1940. Pendant trois ans, la division s’entraîna aux Etats-Unis. Son chemin passa par la Louisiane, le Tennessee, et la Californie, dont elle garda un temps les côtes contre une très peu probable invasion japonaise. Elle fut ensuite expédiée en Grande-Bretagne le 12 mai 1944. Début juin, c’est une division fin prête qui attendait d’être envoyée au combat.

La Normandie: Juillet-Août 1944

La 35e DI fut débarquée sur Omaha Beach le 5 juilllet. Elle fut attachée au 19e Corps et positionnée entre la 29e et la 30e DI. Partant de La Meauffe, elle effectua sa première attaque en direction de Saint-Lô, le 11. Ses adversaires – principalement des troupes d'élite parachutistes – ne firent qu’une bouchée des novices de la 35e. Au soir du premier jour, le seul 137e RI enregistra 126 soldats mis hors de combat… pour un gain de 300 mètres ! A partir du 16 juillet, le 134e RI, jusque là tenu en réserve, fut engagé à la jonction avec la 29e DI. Il parvint à s’emparer de la côte 112 et du village d’Emelie, après avoir subi pas moins de douze contre-attaques. De là, il surplombait Saint-Lô, mais ce fut la 29e DI qui fut officiellement chargée de sa libération, le 18. Après le retrait de cette dernière, la 35e fut chargée de tenir le front, en préparation de Cobra. La percée ayant réussi, la 35e fut rattachée au 5e Corps pour renforcer l’avance en direction de la Vire. Progressant par Torigny-sur-Vire, elle passa la Vire le 5 août, repoussant les Allemands sur près de 30 kilomètres. De la Vire, la 35e DI fut transportée dans le secteur de Mortain. Elle se positionna aux abords de Barenton. Le 8 août, le 320e RI parvint au prix de pertes élevées à dégager un bataillon de la 30e DI encerclé par des éléments de la 2e SS PzD – le 737e bataillon de chasseurs de chars, chargé d’ouvrir la voie, perdit dans la bataille prés de 30 chasseur de char M-10 sur les 54 engagés. La 35e DI repoussa les Allemands jusqu’au 13 août, avant d’être transportée sur Le Mans. Pour elle, la bataille de Normandie était terminée.

La Lorraine :Août - Décembre 1944

A partir du 13 Août , la mission de la 35e DI changea radicalement : rattachée au 12e Corps, elle fut chargée de sécuriser le flanc droit de la 3e Armée de Patton. Elle progressa à toute allure, atteignant Chateaudun le 16 août, Orléans le 17, Sens le 21. Montargis était libéré le 23 Août, Joigny le lendemain, et la 35e DI s’établissait à Brienne le Château le 1er septembre. Petit à petit, le rythme de l’avance ralentissait, le ravitaillement se raréfiant et la résistance allemande se renforçant. Le 12, la 35e parvint à passer la Meuse et obliqua sur Nancy. Soutenue par le CCB de la 4e DB, elle effectua un enveloppement par le sud et contribua à la libération de la ville au côté de la 80e DI le 15 – après de rudes combats, les défenseurs avaient évacué Nancy la veille. La contre-offensive de Manteuffel, déclenchée le lendemain, s’abattit violemment sur les lignes de la 35e DI. Celle-ci se défendit vaillamment, repoussa l’ennemi de la forêt de Gremecy, et occupa Chambrey, mais au prix de pertes sévères – le 137e RI perdit la moitié de son effectif en quatre jours de combat. Le front se stabilisa alors jusqu’à début novembre. A partir du 8 novembre, la 35e DI fut engagée en direction de la Sarre. Elle progressa par Fresnes, puis Château Salins, avant de donner l’assaut sur Viviers, qui changea plusieurs fois de mains avant de revenir aux Américains. Le 14, elle captura 2.000 prisonniers à Morhange. Après un bref repos, elle reprit sa route et traversa la Sarre le 8 décembre – elle luttait désormais en Allemagne. Elle traversa la Bleis, et captura Reinheim, Gersheim and Nieder-Gailbach au terme de difficiles combats de rue.

La bataille des Ardennes : Décembre 1944-Janvier 1945

Le 27 Décembre, elle attaqua à l’est de la route d’Arlon, dans des conditions exécrables. Repoussant quatre divisions allemandes, dont une SS et une parachutiste, elle parvint à reconquérir Villers – La Bonne Eau le 10 janvier, puis Lutrebois, au terme d’un combat de cinq jours au cours duquel quatre compagnies des 134e et 137e furent capturées par l’ennemi. De son côté, le 320e RI, renforçant la 6e DB, attaqua sur Bourcy, à l’est de Bastogne. Il parvint à enfoncer le périmètre défensif ennemi le 15. A partir du 19, il fut remplacé pour cette mission par le 134e RI, qui parviendra à repousser les 560e et 340e divisions de Volksgrenadiers jusqu’à l’Our, le 31 janvier.

L'Allemagne et le retour : Janvier - Mai 1945

L’offensive, baptisée Grenade, fut reportée jusqu’au 23 – les Allemands avaient inondé le terrain. La 35e DI passa la Wurm, puis parvint à se saisir d’un pont à Hilfarth. En deux jours, elle captura 23 villes. Le 2 mars, un détachement libéra Venlo, situé du côté néerlandais. Le lendemain, elle rencontra la 53e DI britannique, avant de s’établir sur la berge gauche du Rhin. Dans le cadre de l’opération Plunder, la 35e DI passa le Rhin le 25 mars. Elle captura cinq jours plus tard la ville de Bottrop. Elle fut immédiatement engagée dans l’encerclement de la Ruhr. Repoussant les nids de résistance dressés sur son chemin, le 320e RI captura les faubourgs de Dortmund. Le 9 avril, elle atteignit le canal Rhin-Herne, avant de s’établir sur la rivière Ruhr. Le 12 avril, la 35e DI fut chargée de sa dernière mission offensive – atteindre l’Elbe. Chargée sur des camions, elle parcourut plus de 400 kilomètres en deux jours, avant de renforcer la tête de pont de la 83e DI sur l’Elbe, menacée par une contre-attaque. Ce fut sa dernière action offensive. Le 26 avril, la 35e DI fut affectée à l’occupation de Hanovre, tâche qui se poursuivra après le 8 mai. Embarquée le 5 septembre pour le chemin du retour vers les Etats-Unis, la 35e DI fut finalement dissoute le 7 décembre.

"35thInfantryDivision-memory.com" 2010-2017
The contents of this site and the images belong to their respective owners.