35th Infantry Division Memory

Pour ne jamais oublier...
Santa Fe
flagfr flagus

134

Homer D. RICKER

Company H - 134th Infantry Regiment


Homer D. RICKER

Homer D Ricker jr est né le 29 avril 1913 à Lynn dans le Massachusetts. Ses parents s'appelaient Homer Sr et Elsie Drysdale Ricker. Il avait un frère, Sherwood D Ricker.
Ce que je sais pour le moment et je suis en attente pour recevoir d'autres renseignement sur lui c'est qu'avant d'être engagé, il était banquier.
Il était très certainement marié et il a eu au moins une fille!
Il faisait partie de la Compagnie H, du 134th Infantry Regiment, 35th Infantry Division "Santa Fe"
Il avait le grade de Caporal.
Il est décédé au combat le 31 décembre 1944 à Lutrebois en Belgique.
Il repose Ă  Henry Chapelle: Plot F Row 15 Grave 8

sa fille,Shirley Ricker Theis, raconte:

Homer D Ricker Jr est né le 29 avril 1913 à Lynn dans le Massachusetts. Son père Homer Sr est né dans le New Hampshire. Il travaillait dans une usine qui fabriquait des moteurs d’avions à la société : General Electric Co. Sa mère Elsie était née en Angleterre. Elle était femme au foyer comme la plupart des femmes de l’époque.
« Je l’appelais Darling Ma » me dit Shirley
Homer avait un frère plus jeune, Sherwood.
La famille ne souffrit pas de la crise, en plus de son travail très important, le père d’Homer cultivait un potager. Par conséquent, la famille n’eu pas de problème de nourriture.
« Je sais qu’il a été diplômé de la Lynn High School mais je ne me souvient pas si il a été dans une école pour devenir banquier. Je sais que son frère est diplômé d’un Business College »
Homer rencontra sa future épouse Ethel Markland en 1933 après qu’elle soit diplômée du même collège qu’Homer. Elle était née également à Lynn.
Le couple s’installa à Lynn et eurent deux enfants : Shirley Ricker (14/02/1937) et John Ricker (12/1943) Homer devint banquier à la City.
Le 18 mars 1944, Homer Ricker fut appelé à servir son pays.
« Les dossiers sur sa formation ont été détruits dans un incendie, alors je ne suis pas sûr de savoir où il fut envoyé pour sa formation de base, mais je sais qu'il se plaignait qu'il faisait très chaud là-bas. Cela signifie qu'il aurait pu être en Floride ou au Texas.
Je sais que la dernière fois qu'il est venus lors d’une permission lui et ma mère sont allés à la plage. Ils aimaient la plage qui était proche de notre maison. »
A cette Ă©poque, Shirley sa fille et John son fils avaient 7 et 1 ans.
« Je ne sais pas te dire quand il quitta les Etats-Unis et où il débarqua. Je suppose que c’est la France mais cela fait partie des documents qui ont brûlés dans l’incendie du Missouri. A Washington DC, ils n’ont aucun papier. »
Ce qui est sûr c’est qu’Homer Ricker rejoignit la 35th Infantry Division. Cette division avait débarqué en France, en Normandie, les 5 et 7 juillet. Elle participa au combat de l’opération Cobra et à toute l’avancée en France subissant de lourde perte.
On peu raisonnablement supposé qu’Homer débarqua en France et fut envoyé d’un « Repple Depple » à son unité.
Il fut envoyé au 134th Régiment, 2ème Bataillon, Compagnie H où il devint Caporal.

Âgé de 29 ans, Homer est considéré comme un "old man" par ses camarades.
Bien que sa fille ne connaisse pas l’histoire complète de son père, elle sait qu’il participa au combat pour Nancy. Qu’il traversa la Meurthe. Qu’il combattit le long de la route Chambrey – Pettoncourt.
A Han, en France, il fit partie d’un groupe de 10 volontaires qui déposèrent les armes pour aller sauver 80 enfants qui étaient isolés dans un château.
Les Allemands se dirigeaient vers ce château et il y eu un appel pour des volontaires pour que ces enfants, tous de âgés de moins de 6 ans, soient mis en sécurité.
« Mon père et d’autres hommes portèrent ses enfants effrayés, certains sur leurs dos et dans les bras, traversant des champs, sous le tir ennemi et sauvant les enfants. Tous ces enfants furent envoyés dans un hôpital de Nancy, sain et sauf.»

L’unité d’Homer passa Noël à Metz. Ils y prirent un repas chaud bien mérité, compose de dinde.
Au soir, les hommes purent entendre le carillon sonné en l’honneur de cette nuit censé être de paix.

En 24 heures, dans un mouvement vers le nord, ils se retrouvèrent devant Arlon en Belgique. Le 27 décembre 1944, Homer et ses camarades marchèrent dans une épaisse couche de neige. Sans aucun camouflage d’hivers, leurs silhouettes se détachaient parfaitement sur la blancheur de la neige.
La froideur de l’hiver était aussi brutale que l’offensive Allemande. Ils traversèrent la Sûre et arrivèrent dans la région de Villers-la-Bonne-Eau, Lutrebois, Lutremange.

Voici l’histoire qu’écrivit un soldat de la Compagnie F expliquant ce qu’il s’est passé la nuit ou Homer Ricker perdit la vie :
Un « soldat Américain » arriva dans nos lignes et demanda à un autre home où se trouvaient les positions des gars de la section arme lourde. Il parlait impeccablement anglais et personne ne songea à mal. C’était une nuit tranquille dans un champ de Lutrebois. Le « soldat » partit en direction des gars de la section armes lourdes. Ensuite, tout c’est passé très vite, j’entendis un coup de feu. Et puis l’enfer se déchaîna.
« A la fin, papa fut retrouvé avec une grave blessure à la tête. »
Il fut supposé que le « soldat » était un Allemand en uniforme Américain et qu’il a tiré sur mon père où que mon père fut touché dans l’échange de tir. Le « soldat » ne fut pas retrouvé.

« La lettre que ma mère reçut raconte que quand mon père fut emmené dans une zone de rassemblement des corps, ses amis pleurèrent et récitèrent le Psaume 23 : « L'Éternel est mon berger: je ne manquerai de rien…. »

La dernière lettre qu’il écrivit à sa fille date du 28 décembre 1944.

Shirley et John ne revient jamais leur papa. Il fut tout d’abord enterré dans le cimetière militaire de Foy avant d’être emmené à Henry-Chapelle.

Source : L'amiral , Administrateur du forum : http://us.army.39.45.xooit.com/ que je remercie pour m'avoir permis de poster ceci sur ce site. lien vers l'article

"35thInfantryDivision-memory.com" 2010-2018
Le contenu de ce site et les images appartiennent à leurs propriétaires respectifs.